FAMILLES ET PATRIMOINES

Accueil > Généalogie pratique > Les papiers de famille

Les papiers de famille

vendredi 2 octobre 2009, par soon7

Les papiers de famille

Tout généalogiste doit exploiter les papiers de famille. Systématiquement, en principe, au début de son enquête et régulièrement au cours de ses recherches, pour dénicher l’information sous-exploitée. Passage en revue de cette variété de documents, classés au rang des éléments fondamentaux de la généalogie.

Ils dorment souvent au grenier de la maison de famille ou sur le dernier rayon d’une armoire. Ils ont été parfois partagés à la mort d’un grand-père ou ont été remis au fils aîné, qui les a lui-même transmis à son fils, votre cousin. Ils ont pu souffrir des injures du temps et/ou de la négligence des générations. Peu importe, les papiers de famille sont presque toujours là.

Au début de votre enquête, les papiers de famille représentent l’un des quatre fonds à exploiter. Le but pour le débutant est d’éviter de perdre du temps et de l’énergie à aller rechercher sur le terrain – autrement dit en archives – des éléments qu’il peut se procurer plus facilement. L’idée est toujours de partir du plus ancien ancêtre connu.

Les « quatre mémoires »

La mémoire écrite sera essentiellement constituée de nos « papiers de famille ». La mémoire orale sera celle des membres de la famille – en privilégiant les doyens. La mémoire gravée renverra au cimetière et aux inscriptions funéraires. La mémoire « reconstituée » correspondra à un nouvel ensemble d’informations, apparu avec la pratique intensive de la généalogie, et constitué de toutes les publications généalogiques, imprimées ou en ligne, dans lesquelles le débutant sera de plus en plus souvent susceptible de trouver des informations concernant sa famille proche.

On classe généralement au rang des « papiers de famille » à la fois :

* des documents administratifs individuels ou identitaires (carte d’identité, passeport, permis de conduire, livret militaire, divers
documents d’état civil, livret de famille, livrets catholiques de famille)

* des documents notariés (acte de partage, contrats de mariage, actes de ventes ou d’achats ….)

* les correspondances

Sources : La revue française de généalogie. N°180 (Février-Mars 2009) p.35 et s.